Les Sulfites : la newsletter de Juin 2015

By Leave a comment

Bonjour,

Il y a quelques jours, Françoise postait un message sur le forum qui m’a interpellé :

« J’ai parlé du livre de Bertrand et des sulfites à ma généraliste que je connais bien, qui n’est pas une débutante… Elle m’a dit que tout ça c’était de effets de « mode ». Entre le gluten, les produits laitiers et les sulfites, et qu’on ne pouvait pas non plus se priver en permanence de tout … Je suis ressortie un peu perplexe… On se sent seul… »

Je me mets à la place de Françoise, et c’est compliqué : qui croire ? Un médecin en qui on a confiance depuis longtemps ? Un certain Bertrand qui partage son expérience sur internet ? Soi-même qui sentons bien que quelque chose ne va pas ?

Et vous, vous avez vécu ce genre de situation ?

Vous avez probablement parlez des Sulfites avec votre médecin, parce qu’au fur et à mesure des années, vous avez remarqué que les sulfites, par exemple du vin ou des fruits secs, vous posaient des problèmes assez évidents, et peut être aussi parce que vous avez des problèmes de santé inexpliqués.

Mais, si votre médecin ne prend pas les Sulfites au sérieux, comment va-t-il pouvoir vous aider concrètement ? Va-t-il aussi carrément passer à coté de la cause majeure de vos problèmes de santé ?

Et plus important encore, comment voulez vous être soigné ? En prenant un tas de médicaments qui soignent tant bien que mal les symptômes, ou bien en éliminant les Sulfites, c’est à dire la CAUSE de vos problème ?

La PRIORITES des PRIORITES, c’est d’apporter la PREUVE de votre sensibilité !

Dans le domaine des allergies et des intolérances, il faut commencer par apporter la preuve du problème. Il n’y a rien de pire que de ne pas être certain.

Sans preuve que les Sulfites sont LE problème, vous allez peut être commencer à faire attention au vin, aux fruits secs, ou à la moutarde, vous allez vous sentir peut être mieux … Mais vous allez prendre des Sulfites sans le savoir, car ils sont bien cachés dans beaucoup d’aliments, et vous sentir mal à nouveau. Vous allez vous demander cette fois si c’est peut être le Gluten ? Ou bien le Lait ? Où bien même dans votre tête ?

Tout cela va devenir très compliqué, vous faire tourner en rond, et vous démoraliser.

Eliminer les Sulfites va vous demander des efforts et de la persévérance. Pour être clair, c’est même plus compliqué que le Gluten ou le Lait. Mais vous n’avez pas le choix, si vous êtes sensibles aux Sulfites, ce sont eux que vous devez éliminer !

Voilà pourquoi, votre priorité absolue est de convaincre votre médecin qu’il faut apporter la preuve de votre problème avec les Sulfites.

La nouvelle extraordinairement bonne est que des tests EXISTENT !

La nouvelle un peu moins bonne, et vous l’avez déjà constaté vous même, j’en suis certain, c’est que la très grande majorité des médecins ne les connaissent pas … et ont vite fait de tourner en dérision le sujet des Sulfites.

Alors, comment nous y prendre ?

Aussi incroyable que cela vous semble, vous allez expliquer vous même à votre médecin les tests qui sont fait par ses confrères Allergologues. Je viens en effet de vous dire que c’est VOUS qui allez expliquer à votre médecin quelque chose qu’il ne connait pas à propos de son métier ….

Cette conversation n’est pas anodine ! Autant vous dire qu’il ne va probablement pas bien vous entendre la première fois, et que vous devez insister jusqu’à ce qu’il ait bien compris ce que vous allez lui dire …

Votre but est d’obtenir son aide afin qu’il vous oriente vers un Allergologue qui va tester votre sensibilité aux Sulfites. Attention ! Tous les allergologues ne sont pas formés ! Vous, ou votre médecin, allez devoir faire quelques recherches et vérifications que l’allergologue va pouvoir faire les tests suivants :

Le Prick Test

Ce test se fait en cabinet chez tous les allergologues depuis longtemps pour une grande variété́ d’allergènes. Il est maintenant pratiqué pour les sulfites et métabisulfites, si l’allergologue a les flacons de test. Il va vous « gratter » la peau avec une plume et déposer des substances potentiellement allergènes. Il va ensuite surveiller la réaction cutanée locale (rougeur, irritation, gonflement).

Ce test se focalise sur les réactions immédiate ou rapides visible sur la peau.

Le Patch test, Dermo Patch, ou encore Epidermotest

Ce test se pratique également en cabinet chez un allergologue, mais il est très peu répandu. La procédure est très simple et indolore. L’allergologue va vous appliquer une crème aux métabisulfites sur la peau, et recouvrir la zone d’un pansement. Vous allez le garder pendant 3 jours et revenir au cabinet pour qu’il retire le pansement et observe le résultat.

Ce test se fait sur une durée bien plus importante que le précèdent, et mets en évidence une réaction retardée visible sur la peau.

Ces deux tests sont donc complémentaires pour mettre en évidence les réactions rapides et retardées, mais seulement au niveau de la peau. C’est une bonne première approche car les Sulfites s’attaquent souvent à la peau et aux muqueuses. Mais pas seulement.

Voilà pourquoi, en fonction de vos résultats, votre médecin et votre allergologue peuvent vous orienter vers un test de provocation.

Le test de Provocation

Ce test est fait par des allergologues, mais en CHU, comme par exemple dans le service du Docteur Drouet au CHU d’Angers.

On commence par contrôler votre souffle, votre pouls et votre tension artérielle. Ensuite, on vous fait boire des doses progressives de sulfites avec un peu d’eau toutes les 30 minutes environ. Les mesures de souffle, pouls et tension sont contrôlés avant chaque nouvelle dose, ainsi que l’état de notre muqueuse nasale avec une camera endoscopique si nous avons des problèmes ORL.

En l’absence de réaction, on passe à la dose supérieure, jusqu’à une dose maximale de 100 mg, soit deux fois la dose journalière admissible.

Il va mettre en évidence des réactions complexes de l’ensemble de votre organisme, et non pas simplement au niveau de la peau comme les deux précédents test, sur une durée de plusieurs heures. Ce test va aussi mettre en évidence à partir de quel seuil de sulfites vous déclenchez une réaction.

Voilà ce que vous devez savoir, et expliquer à votre médecin. C’est plutôt simple, non ?

Alors, pourquoi c’est si COMPLIQUE avec les Médecins ?

Maintenant que vous êtes au courant des tests possibles, et qui sont finalement très simple, vous pouvez vous demander pourquoi c’est si compliqué avec les médecins ?

A mon avis, les médecins considèrent que les Sulfites ne génèrent pas d’allergie vraie, c’est à dire une réaction immédiate du système immunitaire. Ce en quoi ils ont plutôt raison, en l’état actuel des recherches médicales.

Mais pour la plupart des médecins, si ce n’est pas une allergie, c’est une intolérance. Et une intolérance, c’est surtout dans les magazines féminins ou dans la tête des patients, mais ce n’est pas scientifiquement sérieux. Clairement, ils s’en fichent complètement !

A leur décharge, les problèmes de Sulfites commencent seulement à être mieux compris. J’ai moi même erré pendant près de 10 ans avec des médecins qui me soutenaient qu’on ne pouvait pas tester la sensibilité aux Sulfites, jusqu’à ce que j’aille consulter le Docteur Martine Drouet au CHU d’Angers il y a quelques années. Si seulement j’avais sus cela avant !

Pourtant, sur les Sulfites, les choses commencent à changer :

Depuis 1985 aux USA : le gouvernement fédéral américain a interdit l’ajout de sulfites à la TOUS LES fruits et légumes frais (sauf les pommes de terre et fruits secs). La dose autorisée, c’est ZERO Sulfites.

Le 21 Juin 2011 en France : l’ANSES, c’est à dire l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail a publié son rapport sur l’étude de l’alimentation totale française 2 (EAT 2). Cette étude conclue la chose suivante :

”Parmi toutes les substances étudiées, nous avons 12 additifs alimentaires considérés comme prioritaires au niveau européen : le rocou (E160b), les nitrites (E249-250), les sulfites (E220, E221, E222, E223, E224, E226, E227 et E228), et l’acide tartrique (E334)”.

Vous aurez remarqué : les Sulfites représentent 10 des 12 additifs prioritaires !

Pour conclure

Maintenant, vous êtes au courant des tests simples à faire chez un Allergologue. Ces tests sont médicaux et tout a fait sérieux. Prenez le temps de les expliquer à votre médecin, avec vos observations personnelles lors de la prise de Sulfites, et il ne peut que vous aider à trouver un Allergologue qui les pratique.

Encore une fois, faire ces tests doit être votre priorité absolue.

S’ils sont négatifs, vous pourrez oublier les Sulfites et vous focaliser sur d’autres sujets.

S’ils sont positifs, vous saurez alors que votre priorité est d’éliminer les Sulfites, et mon livre est là pour vous y aider.

Voilà, je l’espère, de quoi faire un grand pas pour retrouver la forme !

Si vous avez déjà la certitude que vous devez éliminer les Sulfites de votre alimentation, mais aussi de vos médicaments (non, vos médecins ne sont pas non plus au courant …) et de vos cosmétiques, mon livre « En FINIR avec les Allergies et les Intolérances aux Sulfites  » est là pour vous y aider.

Et vous, vous avez une expérience à partager à propos de votre médecins et des Sulfites ?
On ne lâche rien !
Bertrand.

Tagged under:

Leave a Reply

Your email address will not be published.